Atelier d'enluminure et de calligraphie Plume & Or/Le vin d'orange

Publié le par Les Professionnels du Livre de Bécherel

Michèle Cornec

Michèle Cornec

Votre atelier-galerie en quelques mots ?
C'est un lieu pour y découvrir la calligraphie et l'enluminure, leur place dans les métiers d'art du livre et dans l'art graphique. J'apprécie les échanges avec les visiteurs ; leur façon dont ils perçoivent ces expressions artistiques m'intéresse toujours. C'est également l'espace où se déroulent les ateliers "découverte" que je propose toute l'année.

Le thème de la fête du Livre 2015 est : "Les mots à la bouche".
Livres et bons petits plats, que cela évoque-t-il pour vous ?

Le livre de cuisine est avant tout le plaisir des yeux avant celui des papilles. Je voyage à travers ces livres : on y découvre d'autres régions, d'autres pays, d'autres cultures.

Votre recette ?
La recette du vin d'orange de Colette est vivante et littéraire. En la lisant, on a vraiment l'impression de s'affairer à ses côtés, en cuisine. De plus, toutes les recettes qu'elle évoque dans ses livres sont toujours succulentes !

Photo : http://patoujourzen.blog.free.fr/Photo : http://patoujourzen.blog.free.fr/

Photo : http://patoujourzen.blog.free.fr/

Recette du vin d’orange

Dans quatre litres de vin de Cavalaire, sec, jaune, je versai un litre d’Armagnac fort honnête, et mes amis de se récrier :
 "Quel massacre ! Une eau-de-vie de si bon goût ! La sacrifier à un ratafia imbuvable !… "
... Au milieu des cris, je coupai, je noyai, quatre oranges coupées en lames, un citron qui pendait, le moment d’avant, au bout de sa branche, un bâton de vanille argenté comme un vieillard, six cents grammes de sucre de canne. 
Un bocal ventru, bouché de liège et de linge, se chargea de la macération, qui dura cinquante jours ; je n’eus plus qu’à filtrer et mettre en bouteilles.’

Si c’est bon ? Rentrez seulement chez vous, à la fin d’un dur après-midi d’hiver ou de faux printemps, cinglé de pluie, de grêle, fouetté de soleil pointu, frissonnez des épaules, mouchez-vous, tâtez votre front, mirez votre langue, enfin geignez : "Je ne sais pas ce que j’ai…"
Je le sais, moi. Vous avez besoin d’un petit verre de vin d’oranges.


Extrait de Prisons et Paradis, 1932

Pour découvrir l'atelier Plume & Or, cliquez ici.
 

Publié dans Recettes

Commenter cet article